1 janvier 1970

Indépendance financière – comment vraiment y parvenir

Par Caroline


L’indépendance financière est un objectif pour beaucoup de gens. Mais que faut-il pour y arriver? Aujourd’hui, mon invité explore cette question sur son site Web, Financial Samurai. Son nom est Sam Dogen, et avant d’écrire sur l’argent en ligne, il a travaillé dans la finance. Nous commençons notre conversation en discutant de la manière dont sa carrière dans les actions a façonné sa philosophie de finances personnelles et l’a incité à se méfier de mettre trop de richesse en bourse. Sam partage les raisons pour lesquelles il recommande de placer un pourcentage de votre argent en actions inférieur à celui souvent recommandé dans les conseils financiers traditionnels, comment ce pourcentage devrait évoluer à mesure que vous vieillissez et d’autres moyens d’investir, de bâtir votre patrimoine et de créer plusieurs flux de revenus vous donnera plus de contrôle sur votre fortune. Sam partage ensuite ce que signifie être financièrement indépendant et certains des points aveugles qu’il pense exister dans le mouvement FIRE, ou Financial Independence / Retire Early. Nous terminons notre conversation sur la façon de planifier votre vie financière pour l’avenir, en particulier sur ce que sera le monde en évolution pour vos enfants.

Afficher les faits saillants

  • Comment la valeur nette de Sam a été affectée par le crash de 2009
  • Pourquoi Sam s’est diversifié une façon de la bourse
  • En quoi la philosophie de Sam envers l’argent diffère de celle de nombreux experts financiers
  • Prévoir votre avenir – et le pire des cas – en ce qui concerne votre argent
  • Comment l’approche assez conservatrice de Sam l’a aidé à long terme
  • Pourquoi vos investissements devraient avoir une certaine utilité
  • Investir dans l’immobilier sans être propriétaire
  • La sagesse de la stabilité – à la fois dans votre carrière et dans votre région
  • Changer votre stratégie d’investissement avec l’âge
  • Pourquoi Sam préconise le démarrage d’une entreprise comme stratégie d’investissement
  • Le cadre FSDAIR pour le remboursement de la dette
  • Le mouvement FIRE (indépendance financière, retraite anticipée)
  • Comment calculer le montant de votre retraite anticipée
  • Les angles morts des gens en matière d’indépendance financière
  • Comment planifiez-vous l’avenir de vos enfants?

Ressources / Personnes / Articles mentionnés dans le podcast

Connectez-vous avec Sam

FinancialSamurai.com

Sur Twitter

Sur Facebook

Écoutez le podcast! (Et n’oubliez pas de nous laisser un avis!)

disponible sur iTunes

disponible sur stitcher

soundcloud-logo

pochettes

Écoutez l’épisode sur une page séparée.

Téléchargez cet épisode.

Abonnez-vous au podcast dans le lecteur multimédia de votre choix.

Enregistré sur ClearCast.io

Sponsors de podcasts

Navy Federal Credit Union. Fiers de servir plus de 8 millions de membres et ouverts aux militaires en service actif, au DoD, aux anciens combattants et à leurs familles. Visitez NavyFederation.org/manhness pour plus d’informations.

Harry. Un bon rasage ne vient pas des gadgets. Harry utilise un matériel simple et abordable qui offre simplement un excellent rasage. Obtenez un ensemble d’essai gratuit qui comprend la poignée, les lames et le gel de rasage à harrys.com/manhness.

Les Grands Cours Plus. Améliorez-vous cette année en apprenant de nouvelles choses. Je le fais en regardant et en écoutant The Great Courses Plus. Obtenez un essai gratuit en visitant thegreatcoursesplus.com/manhness.

Cliquez ici pour voir la liste complète de nos sponsors de podcasts.

Lire la transcription

Brett McKay: Bienvenue dans une autre édition du podcast L’Art de la virilité. L’indépendance financière est un objectif pour beaucoup de gens, mais que faut-il pour y arriver? Aujourd’hui, mon invité explore cette question sur son site Web, Financial Samurai. Son nom est Sam Dogen et avant d’écrire sur l’argent en ligne, il a travaillé dans la finance. Nous commençons notre conversation en discutant de la manière dont sa carrière dans les actions a façonné sa philosophie de finances personnelles et l’a incité à mettre trop de richesse en bourse.

Sam explique pourquoi il recommande de placer un pourcentage de votre argent en actions inférieur à celui souvent recommandé dans les conseils financiers traditionnels, comment ce pourcentage devrait évoluer à mesure que vous vieillissez et d’autres moyens d’investir, de bâtir votre patrimoine et de créer plusieurs flux de revenus qui vous donnera plus de contrôle sur votre fortune. Sam partage ensuite ce que signifie être financièrement indépendant et certains des angles morts qu’il pense exister dans le FEU, ou l’indépendance financière, se retirent du mouvement précoce. Nous terminons notre conversation sur la façon de planifier votre vie financière pour l’avenir, en particulier sur ce que sera le monde en évolution pour vos enfants. Une fois le spectacle terminé, consultez nos notes sur aom.is/financialsamurai.

Sam Dogen, bienvenue au spectacle.

Sam Dogen: Merci beaucoup. Heureux d’être ici.

Brett McKay: Oh oui. Donc, vous gérez un site Web, l’un des blogs auxquels je m’abonne à mon flux RSS, Financial Samurai. Je ne sais pas exactement comment je suis tombé sur votre site Web. Mais je suis un lecteur de longue date. Ce que j’aime à ce sujet, c’est différent de beaucoup d’autres blogs de finances personnelles. Nous parlerons de ce qui rend votre approche différente. Mais avant d’y arriver, parlons de votre parcours et de la manière dont il a influencé votre philosophie en matière de finances personnelles.

Sam Dogen: Eh bien, merci d’être un lecteur sur mon site depuis si longtemps. J’ai également lu et écouté votre site et votre podcast pendant un certain temps et je l’ai vu grandir énormément. Alors, félicitations là-bas, Brett.

Brett McKay: Bien merci.

Sam Dogen: Mon parcours est, bien, assez simple, je suppose. Mes parents étaient au service extérieur américain. J’ai grandi à l’étranger en Asie et en Zambie pendant 13 ans avant de venir aux États-Unis pour l’université. Ils étaient toujours vraiment frugaux. Chaque fois que je sortais pour manger, mes parents me recommandaient de commander autre chose que de l’eau. Donc, je connaissais leurs manières frugales depuis que j’étais enfant. J’ai donc décidé d’aller à l’école publique, le College of William & Mary, qui n’était que d’environ 2 800 $ par an à l’époque.

Puis j’ai décroché mon emploi de rêve en finance. Ainsi, de 1999 à 2012, j’ai travaillé dans le département actions de quelques grandes entreprises de Wall Street. Puis en 2009, pendant la crise financière, j’ai décidé de lancer Financial Samurai comme un moyen cathartique de faire face à la crise financière. Donc, je me disais: « Eh bien, au lieu de fumer ou de boire, ce serait peut-être plus sain d’écrire », et parce que j’aime écrire et j’aime me connecter et entendre les points de vue des autres. J’ai donc commencé le samouraï en 2009. En 2011, il constituait en fait une sorte de source de revenus vivables à San Francisco. Donc, en 2012, j’ai négocié une indemnité de départ après 11 ans avec une entreprise et j’ai décidé de le faire à temps plein et d’être libre.

Brett McKay: Donc, vous avez mentionné que vous avez commencé cela en 2009, juste au moment de la crise financière. En avez-vous été personnellement affecté? Votre résultat net, votre valeur nette ont-ils été affectés?

Sam Dogen: Absolument. J’étais écrasé. Donc, j’ai commencé en 1999, non? 10 ans d’économie, investissant vraiment, vraiment avec diligence. Je me souviens du premier moment où j’ai commencé à travailler, j’arrivais au bureau à 5h30 du matin et je ne partais pas jusqu’à 19h30, 20h00 tout le temps. Je savais qu’après environ un mois, je ne pouvais pas durer. Donc, j’économisais et investissais chaque dollar que je pouvais me permettre. J’ai vécu dans un studio avec un autre ami pendant quelques années parce que je savais que je ne pourrais pas durer dans cette industrie.

Donc, j’ai en fait duré environ huit ans de plus que je ne le pensais jusqu’en 2012. Donc, pendant la crise financière, ma valeur nette a été écrasée, je dirais, de 30, 40% au plus bas en six mois environ. a mis 10 ans à s’accumuler.

Brett McKay: Donc, avant cette époque, suiviez-vous une approche traditionnelle traditionnelle des finances personnelles où vous avez dit: «D’accord, je vais mettre de côté cette somme d’argent en stock parce que je suis jeune, parce que j’ai longtemps pour que ça grandisse, et même s’il y a des revers, j’ai le temps de me rattraper »? Suivez-vous ce genre de chose et votre philosophie a-t-elle changé par la suite?

Sam Dogen: Donc, parce que je travaillais spécifiquement dans la finance et les actions, j’ai décidé d’investir essentiellement dans presque tout sauf les actions. Donc, mon investissement de choix était l’immobilier une fois que j’ai commencé à accumuler une noix assez grande. Donc, je me suis diversifié loin du marché boursier après avoir maximisé mon 401 (k) et avoir reçu des actions de la société et des trucs comme ça. Mais investir essentiellement dans l’immobilier de San Francisco et dans l’immobilier du lac Tahoe. J’ai donc pensé que ma carrière était déjà mise à profit dans l’immobilier, mon bonus, mon salaire, ma promotion. Donc, je ne voulais pas en avoir plus en actions.

C’était intéressant parce que quand j’ai commencé en 1999, c’était plein marché. C’était une manie dotcom. Puis en 2000, bombe dotcom, bulle a éclaté, puis en 2001, beaucoup de millionnaires en papier ont perdu beaucoup d’argent et beaucoup de gens ont été licenciés dans l’industrie. Ensuite, c’était donc un réveil. Il y a ensuite eu de bons moments jusqu’en 2008, puis les choses ont recommencé. Donc, mon histoire dans le département des actions et dans l’investissement n’a pas été assez glorieuse, même si le marché boursier est maintenant proche de records. C’était assez perfide, en fait.

Brett McKay: Donc, comme je l’ai dit plus tôt, l’une des raisons pour lesquelles j’aime lire les articles sur votre site Web est que votre philosophie envers les finances personnelles semble aller légèrement à l’encontre de ce que vous voyez généralement dans les conseils financiers personnels acceptés. Alors, comment diriez-vous que votre philosophie diffère? Alors, parlez de, que pensez-vous de la philosophie globale que vous avez envers l’argent et en quoi cela diffère-t-il des conseils traditionnels?

Sam Dogen: Je crois fermement que nous avons tous la capacité et méritons d’être riches. Je viens vraiment avec cet état d’esprit que nous méritons tous d’être extraordinairement riches si nous voulons l’être. Maintenant, évidemment, il y aura plus de défis, nous allons faire face à plus d’obstacles que d’autres personnes. Certaines personnes ont une énorme longueur d’avance avec leurs parents, leur travail ou autre. Mais grâce à Internet, nous pouvons apprendre les histoires des autres. Nous pouvons apprendre les archétypes des autres et suivre et apprendre des autres afin que nous puissions nous améliorer.

J’ai quelques réflexions fondamentales sur les finances personnelles et c’est, premièrement, si le montant d’argent que vous économisez chaque mois ne vous fait pas de mal, vous n’économisez pas assez. Ensuite deux, je pense qu’il est important que tout le monde prédit leur misère. Cela rejoint le numéro un fondamental. Je pense que trop de gens ne prévoient pas leur avenir. Ils commencent un travail et ils pensent: «Wow. C’est très amusant. Mes collègues sont géniaux. Mon patron est super.  » Mais comme nous le savons tous, la vie arrive. Droite? La vie arrive à notre travail, les choses deviennent ennuyeuses, les gens sont renvoyés, des variables exogènes se produisent tout le temps.

Il est important d’avancer dans cinq ou dix ans et de penser constamment à certaines des choses qui pourraient vous faire trébucher. Quelles sont les choses, bonnes ou mauvaises, qui pourraient vous aider ou vous blesser sur votre chemin vers la liberté financière? Donc, lorsque vous commencez souvent à penser à l’avenir, que ce soit dans votre carrière, votre argent, votre entreprise, vous commencez à intérioriser cette façon différente de penser où vous n’êtes tout simplement pas un zombie assis là dans la réflexion actuelle sur ce que vous avez. Mais vous pensez à l’avenir et, espérons-le, vous prendrez des décisions rationnelles pour arriver là où vous voulez aller.

Brett McKay: D’accord. Donc, il semble que, oui, le numéro deux est le pire des cas. Quel est votre plan de sauvegarde si les choses ne vont pas bien?

Sam Dogen: Pensez toujours au scénario du ciel bleu, au scénario réaliste et au pire des cas. Je pense que ce sera optimiste, mais si nous supposons par défaut que tout se passe bien, c’est probablement très dangereux pour la plupart d’entre nous.

Brett McKay: Je suppose que l’une des hypothèses par défaut que vous voyez fréquemment dans le monde des finances personnelles revient aux actions. C’est comme lorsque vous lisez ces livres de finances personnelles, ils supposent toujours un retour sur investissement de 8%. Ce n’est pas nécessairement le cas pour certaines personnes.

Sam Dogen: Oh non. Il y a une énorme séquence de problèmes de risque. Si vous regardez 2000, vous avez vu des pertes d’environ 12% en 2000, puis 2001, vous avez vu une autre année en baisse. Puis en 2002, vous avez vu une autre année en baisse. Donc, trois années consécutives où vous avez fini par perdre environ 42 à 45% de votre patrimoine. Donc, si vous aviez en fait une richesse importante, vous auriez des ennuis si vous vouliez prendre votre retraite à ce moment-là. Alors bien sûr, nous avons eu un autre ralentissement en 2009, non?

Brett McKay: Droite. Ensuite, une autre chose à laquelle les gens ne pensent pas aussi, c’est que si vous perdez … L’autre conseil courant en matière de finances personnelles est: « Eh bien, si vous perdez dans le stock, vous avez le temps de récupérer cela. » Mais le plus souvent, c’est que parfois, il vous faut plus de temps pour récupérer ces pertes que vous ne le pensez.

Sam Dogen: Oh oui. Donc, si vous perdez 50%, vous devez faire 100% juste pour revenir à égalité. Mais pendant ce temps à 100%, vous perdez du temps. Donc, plus vous êtes âgé, naturellement, plus vous allez apprécier votre temps parce que vous en avez moins. Je pense que beaucoup de gens peut-être dans la vingtaine ou la trentaine apprécieront le temps et penseront qu’ils sont invincibles et qu’ils ont tout le temps du monde pour récupérer cela. Mais vous vous rendrez vite compte peut-être que lorsque vous atteindrez 40 ans ou plus et si vous avez une famille à élever et des gens pour prendre soin de cela, vous ne voulez vraiment pas perdre autant de temps à essayer de revenir encore plus.

Donc, à un moment donné, vous devez déterminer combien vous suffit et vous devez rappeler votre tolérance au risque et dire: « Vous savez quoi? » Peut-être que quatre à 5% de rendement par an sur mon portefeuille ou sur ma valeur nette globale sont suffisants. Peut-être que cela ne vaut pas le risque d’essayer de faire un rendement de 10% plus », car cela ne change vraiment pas la qualité de votre vie et cela pourrait en fait avoir un impact négatif significatif sur votre qualité de vie en vous obligeant à travailler plus ou à stresser davantage juste pour de l’argent.

Brett McKay: Donc voilà. Cela va dans un sens que vous vous différenciez des trucs traditionnels de finances personnelles. L’article de foi est que plus vous êtes jeune, plus vous devriez avoir d’argent en actions. Je pense que c’est 90%. C’est quelque chose comme ça, le nombre que vous voyez jeté autour. Mais vous ne le faites pas personnellement. Vous avez dit que parce que vous travailliez dans des actions, la majeure partie de votre argent était sortie d’actions et de choses comme l’immobilier ou autre chose. Donc, il semble que ce soit une approche très conservatrice. Comment pensez-vous que l’approche conservatrice vous aide à gagner à long terme?

Sam Dogen: Je ne sais pas si c’est conservateur, mais je pense que c’est plus rationnel. Je pense que les gens qui mettent 80 et 90% de leur valeur nette sur le marché boursier, je pense qu’ils pourraient avoir besoin de faire une recherche d’âme ici et de regarder leur distribution de valeur nette et de regarder d’autres classes d’actifs comme l’immobilier, comme les titres à revenu fixe, comme vos propres capitaux propres, car la vie est assez compliquée. 80, 90%, pas question. Ouais, peut-être quand tu as 20 ans et que tu n’as pas de famille et que tu es un vagabond ou que tu veux juste déménager tous les deux ou trois ans.

Mais à mon avis, la richesse concerne davantage les actifs réels, donc des actifs dont vous pouvez tirer une utilité, dans lesquels vous pouvez vivre, que vous pouvez générer des revenus de location. Stocks, vous ne pouvez pas vraiment dériver d’utilité. Vous avez réellement besoin d’un objectif pour vos investissements en actions. Le problème avec les actions, ne vous méprenez pas, j’ai environ 25% de ma valeur nette en actions. Mais le problème avec les stocks est qu’il monte lentement, puis il se bloque très rapidement en raison de la panique.

Si vous n’avez pas de discipline pour ce que vous investissez, vous jetez de l’argent dans un véhicule qui se révèle bien au fil du temps, mais il n’y a vraiment aucune utilité. C’est quelque chose où j’aime investir dans quelque chose où cela pourrait potentiellement augmenter, apprécier en valeur et fournir une utilité. Deux choses. Non seulement, oh, ça pourrait monter et me rendre plus riche. On s’en fout?

Brett McKay: Eh bien, il semble aussi que, en se concentrant sur des choses comme l’immobilier ou votre entreprise ou même simplement en acquérant des compétences pour pouvoir demander et négocier une augmentation, ce sont des choses qui sont sous votre contrôle. La bourse, vous ne pouvez rien y faire, vraiment.

Sam Dogen: Ouais. Vous êtes un investisseur minoritaire soumis aux caprices du gouvernement, de la Réserve fédérale, de la fraude, peu importe. Je pense que le marché boursier est idéal pour ceux qui veulent abandonner le contrôle et simplement investir passivement. Donc, en même temps, si vous croyez en vous-même, si vous voulez être actif et essayer de créer de la richesse, je pense que vous pouvez faire un peu mieux votre travail grâce à une entreprise ou à l’immobilier. Il y a évidemment de grands stocks que j’aime parce que je crois vraiment aux gens d’affaires et au produit. Amazon, Tesla, ce sont des produits incroyables et je serais prêt à enchérir sur ces personnes.

Donc, une des choses intéressantes que j’ai remarquées de mes 20 à aujourd’hui mes 40 est que non seulement j’investis dans des actions publiques basées sur les fondamentaux, mais j’essaie vraiment d’investir dans les gens. Les gens que je vois sont des visionnaires d’entreprise qui peuvent faire le travail et qui peuvent toujours penser à l’avenir trois, cinq ans et anticiper, parce que le Samouraï Financier, même si ce n’est qu’un aspect des finances personnelles, c’est notre activité de style de vie, et j’aime penser à venir aussi pour voir si je peux développer ça, parce que c’est amusant.

Brett McKay: Parlons donc de la stratégie d’investissement. Nous l’appellerons ainsi. Une stratégie de richesse pour quelqu’un qui a, disons, la trentaine. Donc, vous avez mentionné quelqu’un, qu’ils sont dans la vingtaine, sans famille, sans condition, mettant la plupart de votre argent, 90% de votre richesse en actions, probablement pas une mauvaise idée. Mais disons que tu as la trentaine, famille, tu as une maison. Donc, il y a beaucoup plus en jeu si votre valeur nette est battue. Alors, à quoi ressemble une stratégie pour cette personne? Je connais des détails, cela va varier d’une personne à l’autre, mais en général, à quoi cela ressemble-t-il pour vous?

Sam Dogen: Cela dépendra des pouvoirs et des capacités de chacun en matière de revenus. Mais si vous avez la trentaine et que vous avez une famille, vous devez être au moins neutre en immobilier en étant propriétaire de votre résidence principale. Ainsi, l’immobilier neutre flotte simplement de haut en bas avec l’eau et les marées. Vous êtes à court du marché immobilier si vous louez. Droite? Vous êtes un preneur de prix, vous payez un loyer et vous n’obtenez aucune valeur nette. Donc, vous êtes à court de marché. Vous n’êtes long immobilier que si vous êtes long ou si vous possédez plus d’une propriété. C’est vraiment important pour les gens de réfléchir. Si vous vendez à découvert sur une période de 20 ans, vous perdrez probablement beaucoup d’argent.

Ainsi, pour ceux qui sont anti-immobiliers, la location pour 20 ans est également assez similaire à un court-circuit sur le marché boursier sur une période de 20 ans en raison de l’inflation et de l’appréciation normale des actifs due au travail, etc. Donc, je pense que si quelqu’un dans la trentaine avec une famille et ainsi de suite comme ça, vous devriez probablement avoir quelque chose entre 30% et 40% en actions, 30 à 40% en immobilier, donc vous êtes au moins neutre en immobilier, et le reste dans des placements plus stables et moins risqués comme les titres à revenu fixe et les CD. Je pense que vous devriez toujours avoir de 5 à 10% de votre valeur nette au moins dans des titres à revenu stable et à faible risque.

Brett McKay: D’accord. Immobilier. Vous êtes gros là-dessus. Et si vous ne voulez pas devenir propriétaire? Droite? J’ai des amis qui font ce qu’ils font et ça ressemble parfois à des cauchemars parce que les locataires sont tout simplement horribles, ils jettent les ordures, ils doivent toujours faire des réparations. Donc, c’est autre chose à considérer si vous envisagez de faire de l’immobilier. Mais existe-t-il d’autres moyens d’investir dans l’immobilier sans avoir à le faire?

Sam Dogen: Ouais. Vous pouvez simplement investir dans une FPI et devenir propriétaire d’une propriété commerciale de cette façon. Il existe de nombreux types de FPI. Vous pouvez investir dans le financement participatif immobilier, où vous investissez au moins 1 000 à 10 000 dans ces propriétés commerciales à travers le pays. Encore une fois, lorsque vous parlez d’être propriétaire, vous parlez de l’immobilier de longue durée. Cela va au-delà de votre résidence principale. Donc, une étape à la fois. Soyez propriétaire de votre résidence principale si vous savez que vous allez y rester pendant cinq ans ou plus.

J’ai trouvé que la stabilité fait assez bien la richesse. Peu importe ce que les gens disent au sujet du changement d’emploi tous les deux ou trois ans ou peu importe, il suffit de trouver votre communauté, de vous retrouver dans la vingtaine ou autre. Mais après environ 10 ans de recherche, je pense que vous devriez probablement trouver ou réaliser s’il y a un endroit dans le monde où vous voulez vous installer et établir des racines. Une fois que vous avez établi quelques racines, vous voyez beaucoup d’effets positifs sur le réseau de vos relations, de votre réseau, des autres opportunités autour de cette ville, et vous investissez dans l’immobilier. La bourse, vous pouvez vivre n’importe où. Mais il y a des effets de réseau positifs si vous pouvez rester au même endroit pendant un certain temps.

Brett McKay: Droite. Cela va à l’encontre de beaucoup de jeunes. Ils pensent qu’ils doivent constamment bouger, faire du boulot, du boulot, déménager dans cette ville. Il serait peut-être bon de s’installer dans une banlieue où vous êtes heureux. Droite?

Sam Dogen: Hey. Parfois, il faut plus de temps pour se retrouver. Je pensais que j’avais vraiment de la chance de trouver un emploi en finance, et je serais allé n’importe où dans le pays et dans le monde pour obtenir ce travail. Donc, je suis simplement allé là où le travail m’a mené. Mais finalement, j’ai voulu m’installer. Quand j’ai trouvé San Francisco en 2001, je me disais: «Tu sais quoi? Cet endroit est moins cher que Manhattan, il est plus diversifié, il fait beau, il fait bon vivre en plein air, et il était plus proche d’Hawaï d’où vient le côté de mon père de la famille et de Taiwan d’où vient le côté de ma mère de la famille. « 

Alors, je me suis dit: «Hé. Pourquoi ne pas vous installer?  » Donc, je suis ici depuis et je pense que je vais bientôt déménager à Hawaï. Mais ça a été une bonne course. Si vous pouvez identifier quelque chose plus rapidement où vous allez vivre heureux, je pense que c’est une bonne chose.

Brett McKay: Donc, vous avez mentionné que la ventilation d’une personne dans la trentaine avec une famille, de 20 à 30 en actions, de 30 à 40 dans l’immobilier, puis certaines des autres choses très stables comme les CD ou les choses à revenu fixe, est-ce que cela change alors que vous entrez dans la quarantaine ou la cinquantaine?

Sam Dogen: Cela change définitivement et il y a tellement de permutations différentes qu’il est difficile pour moi de donner une recommandation exacte. Mais je crois que tout le monde devrait trouver un moyen de construire ses propres fonds propres de croissance à long terme. En d’autres termes, démarrer une entreprise. Beaucoup de gens disent: « Eh bien, je ne sais pas comment démarrer une entreprise. » Peu importe. Moi non plus . Mais si vous regardez les personnes les plus riches du monde et leur répartition de l’actif, plus elles sont riches, plus le pourcentage de la valeur nette provient des capitaux propres de leur entreprise.

Peu importe le type d’entreprise. C’est juste l’équité dans leur entreprise, car lorsque vous avez une entreprise, vous pouvez non seulement gagner de l’argent avec cette entreprise. Vous pourriez embaucher vos amis et votre famille pour cette entreprise et vous pouvez vendre votre entreprise pour des multiples de revenus ou de revenus, alors que si vous n’avez qu’un emploi, vous ne pouvez vendre que votre temps. Donc, vous ne voulez pas vous limiter. La façon dont je regarde mon entreprise en ligne est que je la gère parce que j’aime écrire et que j’aime me connecter avec d’autres personnes.

Mais je le dirige aussi parce que j’ai un fils maintenant et je sais que la vie va être difficile pour lui à mesure qu’il vieillit à cause de la mondialisation, à cause de la vitesse à laquelle l’information circule et à cause des rigueurs de la tentative d’entrer une bonne école, etc. Donc, ma motivation est maintenant de faire fonctionner l’entreprise suffisamment longtemps jusqu’à ce que mon fils me dise: « Je ne veux rien avoir à voir avec le marketing en ligne ou l’écriture ou quelque chose comme ça », parce que je pense que le monde va en avoir beaucoup, beaucoup plus difficile et ça va devenir beaucoup plus bifurqué pour ceux qui ont et ensuite ceux qui ne se sont pas préparés.

Brett McKay: Donc, en parlant d’une entreprise, cela ne signifie pas nécessairement que vous devez quitter complètement votre emploi pour démarrer une entreprise. Je veux dire, vous êtes un grand partisan d’avoir une agitation latérale où juste un flux latéral de revenus qui complète vos revenus de votre carrière.

Sam Dogen: Oh, absolument. Vous ne voulez pas dépendre uniquement de vos revenus d’emploi. Il n’y a aucun moyen en enfer, si j’étais de retour dans la vingtaine ou la trentaine, je n’aurais qu’un seul emploi. Nous savons que les entreprises ne sont pas aussi fidèles qu’elles l’étaient autrefois et donc, pour vous, vous avez un risque plus élevé d’être licencié à un moment donné, et la grande chose est que l’Internet vous a permis de développer tant de côtés bousculades. De Upwork, à Craigslist, à TaskRabbit, pour faire pression sur la conduite, ce sont des tracas latéraux et puis il y a évidemment les entreprises où vous pouvez créer votre propre site Web pour vendre des trucs, ou vous pouvez écrire des trucs et construire votre marque. Je veux dire que c’est juste sans fin et c’est tellement facile de commencer maintenant. Vous pouvez créer votre propre podcast, obtenir suffisamment d’auditeurs, vous pouvez obtenir de l’argent publicitaire, c’est juste une variété infinie de façons de gagner de l’argent, et je suis tellement excité pour les personnes qui grandissent dans ce domaine en ce moment qui sont plus jeunes et peuvent tirer profit.

Brett McKay: Alors ça peut aussi se transformer en un concert à plein temps, éventuellement, éventuellement.

Sam Dogen: Oh ouais, certainement, peut-être pas vrai? Le mieux est que si vous travaillez, disons que vous travaillez de 7 h 30 à 18 h 00. vous pouvez soit travailler sur votre activité secondaire de 5h00 à 6h30 ou 7h00 ou après votre retour à la maison. Vous faites cela pendant deux ou trois heures, vous bricolez avec, vous jouez avec, il n’y a aucun inconvénient. Aucun inconvénient du tout, le seul inconvénient est que si vous demandez à votre entreprise, « Hé, je peux faire ça. » Et ils disent: «Non» et vous le faites de toute façon, et ils découvrent et ils vous baisent ou quelque chose. Vous devez donc être stratégique à ce sujet, mais j’ai travaillé sur les samouraïs financiers en dehors des heures de travail, pendant deux à trois heures par jour pendant deux ans avant de commencer à créer une source de revenus vivables.

Je me souviens qu’à Santorin, en Grèce, je faisais juste une randonnée sur la colline et je voulais acheter une bière à 10 dollars, et j’ai reçu un e-mail avec mon iPhone. Il y avait le wifi au bar… c’était en 2011, et c’était comme, «Hé, Sam, je voudrais faire de la publicité sur votre site Web. Si vous publiez cette annonce, je vous paierai 1 200 dollars. » Et j’étais comme wow! 1200 dollars vraiment? J’étais genre, d’accord! Enregistre-moi. Donc, j’ai mis le code et en environ 25 minutes, il m’a payé l’argent instantanément, et je me suis dit: «oh! Il est temps pour une autre bière.  » C’était le moment où j’étais: «Hé, il y a la vie après la finance. C’est plutôt cool. « 

Brett McKay: D’accord, donc en parlant de choses que nous pouvons faire pour contrôler, et avoir plus de contrôle sur notre richesse. Commencer une activité secondaire, c’est aussi votre travail, comme pour certaines personnes, elles pourraient ne pas être en mesure de quitter leur emploi immédiatement. Mais une chose qu’ils contrôlent est de négocier un salaire plus élevé. Beaucoup de gens ont peur de faire ce saut.

Sam Dogen: Ouais, je ne sais pas pourquoi. C’est peut-être un problème de confiance en soi. Les deux premières années, j’ai appris non? En apprenant, qu’est-ce que je fais, j’étais un expéditeur, mais après un certain temps, vous comprenez ce que vous devez faire pour apporter de la valeur à votre entreprise. Donc, tout le monde doit comprendre, la raison pour laquelle vous avez un emploi est parce que vous créez plus de valeur pour l’entreprise, puis votre rémunération et vos avantages sociaux. Sinon, vous seriez viré. Donc, tant que les gens le savent, ils doivent avoir confiance en eux-mêmes pour fournir plus de valeur, et je recommande que tout le monde au plus tous les deux ans ait un cœur à cœur avec son manager et dise: «Hé, ce sont les choses qui Je vous ai fourni. Je voudrais une augmentation.  » Si vous allez sur le marché libre, vous pourriez probablement obtenir immédiatement une augmentation de 25%, facilement. Donc, vous devez garder votre employeur honnête, au moins tous les deux ans, et de préférence vous pouvez le faire chaque année lors de votre examen de fin d’année. C’est-à-dire si vous ne souffrez pas de Dun et Kruger et pensez que vous offrez plus de valeur que vous ne l’êtes vraiment.

Brett McKay: Ouais, j’imagine qu’il y a beaucoup de gens comme ça. Donc je suppose qu’une chose est de garder une trace de ce que vous avez fait. Pour que vous puissiez le présenter à votre employeur le moment venu.

Sam Dogen: Pour sûr. Votre manager ne se souvient pas des grandes choses que vous avez faites au premier et au deuxième trimestre. Il vous appartient donc de gérer, de gérer votre manager et de mettre en évidence avec confiance, mais avec respect, ce sont les choses que j’ai faites pour que le cabinet s’améliore et c’est pourquoi je mérite d’être sur cette piste. Vous devez vous assurer que votre manager est au top de votre progression de carrière.

Brett McKay: Donc, parler de stratégies financières, et essayer d’en avoir le plus pour votre argent, et obtenir … ils créent le plus de richesse et le plus de revenus pour vous … les gens qui ont des dettes, je suppose que l’une des meilleures choses qu’ils pourraient faire est de rembourser cette dette, parce que cela libère tellement d’argent pour eux-mêmes?

Sam Dogen: Oui, donc la dette est intéressante. Que vous ayez une dette de prêt étudiant, une dette hypothécaire, vous feriez mieux de ne pas avoir de dette de carte de crédit, car même le grand Warren Buffett n’a pas pu rembourser, un rendement annualisé égal au taux d’intérêt moyen des cartes de crédit. Donc ma formule pour rembourser la dette et investir s’appelle F.S. Dair, D.A.I.R. Fondamentalement, ce que vous voulez faire, c’est prendre votre taux d’intérêt sur la dette, disons que c’est 4%. Donc, vous utiliseriez essentiellement 40%… il vous suffit donc de le multiplier par 10. Vous avez 40% de votre trésorerie pour rembourser votre dette, puis 60% de votre trésorerie pour investir. Vous remboursez donc toujours vos dettes ou investissez. Si vous avez un taux d’intérêt sur la dette… disons-le sur deux et demi pour cent, donc mon hypothèque n’est que de deux et demi pour cent, et je n’ai utilisé qu’environ 25% de mes flux de trésorerie pour rembourser cette dette et j’ai investi 75% de mes flux de trésorerie pour investir.

Maintenant, je le limite à 10%, donc si votre taux d’intérêt sur la dette est de 10% ou plus, vous devez dépenser tout votre flux de trésorerie disponible pour rembourser cette dette, car 10% est ridicule, car le taux d’intérêt de la dette doit être comparé au taux de rendement sans risque. Alors, quel est ce taux sans risque où vous pouvez gagner de l’argent et pas la moitié pour vous soucier de perdre de l’argent? Ce taux de rendement sans risque est soit un bon du Trésor à un an, soit un bon du Trésor à 10 ans, soit votre taux du marché monétaire. Donc, en ce moment, vous pouvez obtenir un taux du marché monétaire, un taux d’intérêt de 2,5% et vous ne pouvez obtenir des fonds du Trésor à 10 ans qu’environ 2,7%, en ce moment, donc ce n’est pas si bon. Ce que je veux dire, c’est que si vous payez 10% ou plus de taux d’intérêt sur la dette, vous payez comme sept pour cent et demi plus la prime sur un taux de rendement sans risque, c’est comme un vol, c’est pourquoi les cartes de crédit sont si riche, et c’est pourquoi vous voyez tant de sites Web promouvoir les cartes de crédit.

Ils font tellement d’argent avec des gens qui ne remboursent pas leur dette, chaque mois. Vous devez écraser cette dette de carte de crédit, vous ne devriez jamais avoir de dette de carte de crédit, puis vous devriez avoir une formule disciplinée utilisant F.S.Dair pour rembourser la dette et investir, dans un ratio approprié.

Brett McKay: Gotchya, alors parlons d’un objectif que beaucoup de jeunes ont, et on en parle beaucoup ces derniers temps dans les nouvelles et les médias. Ce mouvement de feu, c’est quoi? L’indépendance financière, la retraite anticipée, est-ce cela?

Sam Dogen: Mm-hmm (affirmatif)

Brett McKay: D’accord, on en parle beaucoup. À quoi ressemble l’indépendance financière pour vous? Parce que vous en avez également parlé sur Financial Samurai.

Sam Dogen: Yeah, like my tag line is achieving financial freedoms sooner rather than later since 2009, and so financial independence to me is simply having enough gross passive income to cover your best life, living expenses. It’s that simple, so you need to invest and save beyond your 401K, and your IRA and so forth. You need to build a large enough after tax investment account, spits off enough gross income so you don’t have to work. Now where the lines get shady, or gray is that a lot of people who are proponents of the fire movement don’t have that concept. Their passive income does not cover their life expenses. What they’re doing is, they are talking about financial retire early, meanwhile they are hustling like hell, on their blog, or on side hustles trying to make a living in a non traditional way.

So it is important for listeners to really fill a need between, what is true fire, and you know what everybody has their own definition. The reality is that we have come through … we have just come through a 9 year bull market, so it really easy to understand why so many people are feeling confident about their finances, but I just want people to be a little bit more reserved to understand, hey, what’s really behind the movement? You know is the person who is expounding fire, does he or she have enough passive income to cover his or her life expenses? Or is he or she working 70 hours a week as freelancer and saying they’re financially independent, but they are really just changing their jobs from full time work to freelancing.

Brett McKay: Gotchya, and then so like you talked about it is passive income. How do you get that sort of passive income? Is that just real estate? Are you investing in stocks that pay dividens, what is that? How do you get that passive income, where you are making enough to cover your basic life expenses?

Sam Dogen: Yeah, so, you want to invest in things that spit out income. So, the value of anything is based on its current earnings and future earnings, so passive income investments such as certificates of deposit, fixed income, and bonds, physical real estate, peer to peer lending, dividens investing, private equity investing, creating your own products online. For example, I have a book that I make about $4,000.00 a month and it is about how to negotiate a severance. What else is there? Real estate crowd sourcing, that is definitely one of them. So there is definitely, multiple ways that you can make passive income and the passivity, or whatever the word is, is different. You know some, owning physical real estate is going to be less passive then just owning a dividens stock, for example. But you know you basically want to build up a portfolio of different passive income investments.

Brett McKay: And how much do you need to, sock away. So you can get that passive revenue, that passive income. Because I think … is it more then what people think they might need, like a lot more?

Sam Dogen: So the math is pretty simple, let’s say you live off of ten thousand dollars a year, so you have ten thousand dollars divided by your expected return, realistic return on your passive income. So let’s say that’s 4%. You would need two hundred and fifty in capital to generate ten thousand dollars a year in passive income at a 4% rate of return. So let’s say in San Francisco, you have a family to support and a house and all that stuff and you want two hundred thousand a year in passive income, and you take a conservative rate of return of about 4%, then you need about five million dollars. So this is just passive, after tax income. You can supplement that my doing freelance work, or you could have a more active income such as you can run a podcast, or you can run a website. There are all sorts of things you can do once you no longer have a full time job. But it’s important to just realize it is the after tax, investments that are going to create that gross passive income for you.

Brett McKay: Gotchya, so you mentioned the example like ten thousand dollars a year? Are there some people that live off of ten thousand dollars a year?

Sam Dogen: Oh, I was just using it as just math.

Brett McKay: Oh, okay just math

Sam Dogen: Yeah, so, if we say a hundred thousand dollars a year at a 4% rate of return you need two point five million dollars in capital.

Brett McKay: That makes sense, okay. But I mean I guess part of the FIRE movement too, and you said part of becoming … increasing your net worth is also decreasing the amount of money you spend. So you have more money, that’s another component, besides making more money. Even though you’re making more money, that’s an important part, but requiring spending less money is also an important component of those.

Sam Dogen: Yeah, I would say a good ratio would be to focus 80% of your time making more, and 20% of your time having a reasonable budget. Don’t be stupid with your spending. The thing is the FIRE movement has really been pushed by people who live in low cost areas of the country. Whether they live in the Midwest or the south, or the heartland of America, but as we know especially through the presidential election last time half the population live in the expensive coastal cities like San Francisco, New York, Boston, Washington D.C.,Seattle, Los Angeles and so forth. So what might be go for one person to live off of thirty five thousand dollars a year in Alabama, is maybe not going to be that feasible for someone who’s living in New York City or Manhattan. So the numbers are very different, and so I am trying to … given I live in San Francisco and I will probably go to Honolulu … is to try to speak about financial independence, but half the population at least you live in expensive coastal cities, and who want to stay inexpensive coastal cities because that’s where their family and friends are.

Brett McKay: Yeah that makes sense. Like middle class in Manhattan is going to be a different number compared to someone in Mobile, Alabama.

Sam Dogen: Right, and so that I just the way it is. Things are expensive because of opportunity and because often times due to lifestyle that area brings. But then, obviously there is going to be a breaking point where there is just to many people, traffic, and all sorts. So people can geoarbitrage, more power to them, but I have found it is harder to just pick up your life and go live in a cheap place, or country around the world if you don’t have any connections.

Brett McKay: All right, are there any other blind spots that people have when it comes to planning for financial independence?

Sam Dogen: I think a lot of people … this is actually an important blind spot. So a lot of people in the FIRE movement say, “Yeah, just go move to a low cost area of the country in the south or the Midwest.” That’s fine, but if you’re a minority often times it doesn’t, it’s not that easy. It just feels, like you are just not as comfortable. You suddenly go from, a 30% racial population in your city, or even a 50% like in San Francisco if you are an asian person and you go to … somewhere else and you’re only 6% of that population, it might feel kind of weird so that’s a financial blind spot. You can’t just tell people, “Hey, you can move and just lower your cost of living.” I think a lot of blind spots come from extrapolating your returns. You know, were all pretty wealthy now after a nine year bull run. Any body who has been investing in stocks, real estate, private equity, whatever and so the danger is extrapolating your compound returns over the past nine years, for the next nine years.

Hopefully, we continue to be all Warren Buffett, but the reality is there are going to be down years, so last year 2018 was a Dow six percent plus year on S&B500, and so if you have another down year, and another down year, your expectations are going to be off, your forecast. There are other blind spots too, a lot of people compare someone else’s middle to your beginning and they don’t have the patience to grind it out and to do what someone else has done to get to where they are. I think that’s very important, that’s why everybody need to understand the background and the history of the person who is espousing whatever it is he or she is espousing.

Another blind spot is that parenting, people think that parenting is easier and cheaper then it is. You know if you are a full time worker, parenting might very well be easier because you are not parenting you are at your job 40-60 hours a week right? But if you are a stay at home parent who has to deal with everything 24/7, that can be much harder, and you know parenting takes a lot of time. It can take a lot of money depending on where you live. So these are a some of the blind spots that I see.

Brett McKay: Speaking of kids, you’ve got kids and this is something that I’m always thinking about to, is like how do I prepare my kids financially for the future. There is always that … you know, I have had people on the podcast talking about how college as we know today won’t exist in 10-15 years. So I’m always thinking, “man, should I be socking away money in a collage saving account for my kids. If they’re not even … they’re going to go to online to get some sort of online credential.” What is your approach to that for planning for your kids financial future?

Sam Dogen: Yeah, this is something that I am really excited about, and I am also nervous about. I don’t know exactly … I believe by the time my son goes to college in 16-17 years, college is not going to be as important as it is now at all. We’re learning everything so much quicker and everything is free online now, that spending records amount of money for tuition of four years is ridiculous in my opinion. It use to take 10 hours to go to the library to look up, check out books, and do research, now you can do everything online. So why does it still take four years, and record high tuition to get that same collage degree, it doesn’t make sense at all. So I’m prepared for the collage system to change, maybe they will change to only two years or three years required in 16, 17 years. But I am certainly not wanting to spend record amounts on an education that is not going to provide the returns. So what am I doing, well I am hedging. I am contributing fifteen thousand a year, which is the state gift maximum per year to a 5-9 plan.

Hopefully it will make some money and earn some tax preferred income on returns along the way, but too my greatest hedge is to continue running Financial Samurai so that there is something that I can teach my son when he is old enough to learn about communication skills, writing, speaking, maybe videography, maybe community building, maybe SCO, content marketing, business development and so forth. The funny thing about a lifestyle business is that it has the same components theoretically the same departments as a much larger business. You have the PR department, CEO, CFO’S whatever it is I could create some role for him so he can learn, and hopefully he will be interested in learning something.

I remember when I was going to business school part time, I remember being so much more interested in the subjects because I was learning something in the classroom and then utilizing what I learn in my real job in finance. So when we go through school, I mean none of us remember anything of what we learned in grade school. Anything like Chemistry, and Biology it is all out the window but hopefully I can teach him some cool stuff that is relevant to what he is learning in school so that he can find something more interesting by the time he goes to college if at all.

Brett McKay: That’s kind of been what I am doing. I am hedging, I’m socking away money in the 529 account, but also planning for college to be not around. So-

Sam Dogen: Yeah.

Brett McKay: We will see how it shakes out. We’ve got my kids 8 … we’ve got 10 years.

Sam Dogen: Yeah, my kid is 21. So I think college is the last bastion of the elite, who want to protect this, their institutions and it doesn’t really matter anymore. I really don’t think college matters anymore in 16 to 17 years.

Brett McKay: Well SAM, where do people go to learn more about your work?

Sam Dogen: You can come to Financialsamauri.com I’m always there or you can go to Financialsamauri.com/forums and there is a great community of people there who are looking to build wealth largely through income generation and investing.

Brett McKay: Sam Dogen, thank you for your time. It has been a pleasure.

Sam Dogen: Oh, thanks so much.

Brett McKay: Well that wraps up another addition of the A1 podcast. Check out our website Artofmanliness.com we have thousands of in depth articles about personal finance, social skills, personal fitness, you name it we’ve got it. Also while you’re there check out our podcast archives at artofmanliness.com/podcast and if you haven’t done so already I would appreciate you taking one minute to give us a review on iTunes or Stitcher, it helps out a lot. If you’ve done that already thank you. Please consider sharing this show with a friend or family member who you think would get something out of it. As always, thank you for the continued support and until next time this is Brett McKay telling you to not only listen to airing podcast but put what you’ve heard into action.