7 décembre 2020

Les pharmaciens prêts pour les tests antigéniques – Simulation assurance

Par Caroline


27/11/20
Les pharmaciens prêts pour les tests antigéniques

Depuis lundi, 67 pharmaciens et préparateurs en pharmacie, représentant 23 officines du territoire, se forment au test antigénique. Ils pourront très rapidement le proposer aux personnes souhaitant se faire dépister contre le Covid-19. Certains sont prêts à démarrer aujourd’hui.

Des tests plus rapides… et bientôt plus près de chez vos patients. Dans les prochains jours, il sera possible, dans sept communes de Guyane, d’effectuer un test antigénique en pharmacie. Depuis lundi, le grossiste-répartiteur SPG, de Matoury, propose une formation aux docteurs en pharmacie et aux préparateurs. Elles se déroulent dans ses locaux, mais également à Kourou et Saint-Laurent du Maroni. D’ici à lundi midi, 67 professionnels auront appris à réaliser un test antigénique. Au moins vingt-quatre pharmacies, sur les quarante-neuf que compte la Guyane, le proposeront, à Cayenne, Matoury, Rémire-Montjoly, Macouria, Kourou, Saint-Laurent du Maroni et Maripasoula. « C’est une compétence de plus que l’on peut avoir. C’est le principal sujet de santé publique du moment. Y participer, ça me paraît important. C’est bien que les pharmaciens puissent apporter leur part », témoigne le Dr Mathieu Lebon, de la pharmacie du Bourg, à Rémire-Montjoly.

Au cours des deux heures de formation de chaque professionnel, apprendre à bien glisser l’écouvillon dans la narine est finalement le plus rapide. Elisabeth Pereira Pais, sage-femme et formatrice sollicité par SPG, insiste davantage sur l’organisation du site de prélèvement et les consignes pour s’habiller de manière à éviter de contaminer qui que ce soit. Les pharmaciens sont encouragés à installer leur site de prélèvement en extérieur ou dans leur sas de livraison. « Il faut s’assurer que le patient potentiellement positif ne croise pas des personnes fragiles. »

« Nous proposerons les tests vraisemblablement sur rendez-vous, à l’extérieur de la pharmacie, explique ainsi le Dr Fabien Sublet. Ce ne sera pas toute la journée, car c’est une organisation assez prenante. » En effet, outre l’habillage, le prélèvement, le rendu de résultat et la désinfection entre chaque personne, les professionnels doivent renseigner SIDEP, l’outil de suivi du dépistage. Cela permet :

Outre les pharmacies, les tests antigéniques sont désormais déployés (ou réservés) dans les centres délocalisés de prévention et de soins (CDPS), dans les trois centres hospitaliers, les établissements médico-sociaux, les associations et l’Éducation nationale. Ils viennent renforcer les capacités de dépistage du territoire.

Le test antigénique en priorité pour les personnes symptomatiques

Le test antigénique est prioritairement réservé aux personnes symptomatiques et doit être utilisé dans un délai inférieur ou égal à quatre jours après l’apparition des symptômes. Dans les autres cas, le test de détection du génome viral par RT-PCR doit être privilégié en première intention. Le respect de cette priorisation est indispensable pour un déploiement réussi.

En cas de résultat positif, aucune confirmation par RT-PCR n’est requise, quel que soit le profil du patient.

En cas de résultat négatif :

  • Pour les personnes symptomatiques âgées de 65 ans ou plus et aux personnes qui présentent au moins un facteur de risque tel que défini par le HCSP, il est recommandé de consulter un médecin et de confirmer le résultat par RT-PCR ;
  • Pour les autres, la confirmation par un test RT-PCR est laissée à l’appréciation du médecin sur le fondement de son évaluation clinique.

Pour les personnes asymptomatiques

S’agissant des personnes contacts ou personnes détectées au sein d’un cluster, le test par RT-PCR doit être privilégié.

Que le résultat du test antigénique soit positif ou négatif, une confirmation RT-PCR n’est pas nécessaire concernant les personnes symptomatiques.

Et enfin, même en cas de test négatif, la personne venue se faire dépister doit rester prudente. Elle peut être porteuse du virus dans des quantités non encore détectables et donc transmettre le virus à d’autres. Dans tous les cas, elle doit continuer à respecter scrupuleusement les gestes et mesures barrières pour ne pas mettre en danger son entourage et notamment les personnes les plus vulnérables.

A Rémire, la pharmacie du Bourg est prête à démarrer aujourd’hui

Hier soir, à la pharmacie du Bourg, à Rémire-Montjoly, le Dr Mathieu Lebon mettait enfin la main sur le document de déclaration de son site de dépistage antigénique du Covid-19. Pour le reste, tout était prêt pour démarrer aujourd’hui : les tests étaient arrivés, les blouses aussi et l’organisation du site – une tente sur le parking de l’officine – était trouvée. « Si en milieu de matinée (aujourd’hui) je peux commencer, je commence. »

Dans sa pharmacie, les patients lui demandent depuis plusieurs jours s’il est possible de réaliser un test antigénique. « A la télé, ils voient qu’en Métropole, c’est déjà possible. » En Guyane, ça le sera très vite. Pour l’heure, la majorité des pharmacies ne rencontrent plus qu’un problème d’approvisionnement en blouses jetables. « C’est ce qui bloque », témoigne le Dr Fabien Sublet, pharmacien à Matoury. Sylvain Grassin, directeur général délégué de SPG, reconnaît la difficulté. « Nous travaillons pour faire venir des blouses dans le courant de la semaine prochaine. »

Mathieu Lebon ne rencontre pas cette difficulté. « On va démarrer tout doucement, pour ne pas se planter, ni se mettre la pression. » Les premiers jours, le test sera proposé sans rendez-vous, a priori le matin, « le temps que les gens sachent que nous le proposons. Je vais me caler sur le modèle des drives des laboratoires. On va monter en puissance. Ensuite, tout dépendra de l’évolution de l’épidémie. S’il y a besoin, nous serons là. »


Depuis lundi, 67 pharmaciens et techniciens en pharmacie, représentant 23 pharmacies du territoire, ont été formés au test antigénique. Ils peuvent très rapidement le proposer aux personnes souhaitant se faire tester pour Covid-19. Certains sont prêts à partir aujourd’hui.

Des tests plus rapides … et bientôt plus proches de vos patients. Dans les prochains jours, il sera possible dans sept communes de Guyane de réaliser un test antigénique en pharmacie. Depuis lundi, le grossiste-distributeur SPG, originaire de Matoury, propose des formations aux docteurs en pharmacie et aux préparateurs. Ils ont lieu dans ses locaux, mais aussi à Kourou et Saint-Laurent du Maroni. Lundi midi, 67 professionnels auront appris à réaliser un test d’antigène. Au moins vingt-quatre pharmacies, sur les quarante-neuf de Guyane, l’offriront, à Cayenne, Matoury, Rémire-Montjoly, Macouria, Kourou, Saint-Laurent du Maroni et Maripasoula. « C’est une autre compétence que l’on peut avoir. C’est le principal sujet de santé publique à l’heure actuelle. Y participer me semble important. C’est bien que les pharmaciens puissent contribuer, »explique le Dr Mathieu Lebon, de la pharmacie de la ville de Rémire-Montjoly.

Pendant les deux heures de formation de chaque professionnel, apprendre à bien faire glisser l’écouvillon dans la narine est finalement le plus rapide. Elisabeth Pereira Pais, sage-femme et formatrice approchée par SPG, met davantage l’accent sur l’organisation du site d’échantillonnage et les instructions pour s’habiller de manière à éviter les confrapper n’importe qui. Les pharmaciens sont encouragés à installer leur site d’échantillonnage à l’extérieur ou dans leur sas de livraison. «Vous devez vous assurer que le patient potentiellement positif ne rencontre pas des personnes fragiles. « 

« Nous vous proposerons les tests probablement sur rendez-vous, en dehors de la pharmacie,« explique le Dr Fabien Sublet. Ce ne sera pas toute la journée, car c’est une organisation assez impliquée. » En effet, en plus de l’habillage, du prélèvement, du reporting des résultats et de la désinfection entre chaque personne, les professionnels doivent informer le SIDEP, l’outil de suivi du dépistage . Ceci permet:

  • à l’assurance maladie pour lancer la recherche des contacts;
  • la personne dont le test est positif pour bénéficier d’un suivi médical et d’un accompagnement social;
  • les professionnels de la santé doivent être remboursés;
  • des épidémiologistes pour suivre les développements en Guyane.

En plus des pharmacies, des tests antigéniques sont désormais déployés (ou réservés) dans les centres de prévention et de soins délocalisés (CDPS), dans les trois hôpitaux, établissements médico-sociaux, associations et éducation nationale. Ils viennent renforcer les capacités de détection du territoire.

Le test antigénique en priorité pour les personnes symptomatiques

Le test antigénique est principalement réservé aux personnes symptomatiques et doit être utilisé dans les quatre jours ou moins après l’apparition des symptômes. Dans d’autres cas, le test de détection du génome viral par RT-PCR doit être préféré comme traitement de première intention. Le respect de cette hiérarchisation est essentiel pour un déploiement réussi.

En cas de résultat positif, aucune confirmation par RT-PCR n’est requise, quel que soit le profil du patient.

En cas de résultat négatif:

Pour les personnes symptomatiques âgées de 65 ans ou plus et les personnes présentant au moins un facteur de risque tel que défini par le HCSP, il est recommandé de consulter un médecin et de confirmer le résultat par RT-PCR;
Pour d’autres, la confirmation par un test RT-PCR est à la discrétion du médecin en fonction de son évaluation clinique.

Pour les personnes asymptomatiques

En ce qui concerne les contacts ou les personnes détectées au sein d’un cluster, le test RT-PCR doit être préféré.

Que le résultat du test d’antigène soit positif ou négatif, la confirmation par RT-PCR n’est pas nécessaire pour les personnes symptomatiques.

Et enfin, même en cas de test négatif, la personne venant se faire tester doit rester prudente. Elle peut transporter le virus en quantités indétectables et ainsi transmettre le virus à d’autres. Dans tous les cas, elle doit continuer à respecter scrupuleusement les gestes et les mesures de barrière afin de ne pas mettre en danger son entourage, et en particulier les personnes les plus vulnérables.

A Rémire, la pharmacie de Bourg est prête à démarrer aujourd’hui

Hier soir, à la pharmacie de Bourg, à Rémire-Montjoly, le Dr Mathieu Lebon a enfin mis la main sur le document de déclaration de son site de dépistage de l’antigène Covid-19. Pour le reste, tout était prêt à commencer aujourd’hui: les tests étaient arrivés, les manteaux aussi et l’organisation du chantier – une tente dans le parking du dispensaire – a été retrouvée. « Si en milieu de matinée (aujourd’hui) je peux commencer, je commence. « 

Dans sa pharmacie, des patients lui demandent depuis plusieurs jours s’il est possible de réaliser un test antigénique. « A la télé, ils voient qu’en France métropolitaine, c’est déjà possible. »En Guyane, ce sera très vite. Pour l’instant, la majorité des pharmacies n’a qu’un problème d’approvisionnement en blouses jetables. « C’est ce qui bloque« , témoigne le Dr Fabien Sublet, pharmacien à Matoury. Sylvain Grassin, directeur général adjoint de SPG, reconnaît la difficulté. »Nous travaillons pour apporter des robes au cours de la semaine prochaine. « 

Mathieu Lebon ne rencontre pas cette difficulté. « Nous commencerons très lentement, pour ne pas nous écraser ou nous mettre la pression. «Les premiers jours, le test sera proposé sans rendez-vous, a priori le matin», jusqu’à ce que les gens sachent que nous le proposons. Je vais me baser sur le modèle des lecteurs de laboratoire. Nous allons augmenter. Ensuite, tout dépendra de la progression de l’épidémie. S’il y a un besoin, nous serons là. « 


se la National Association of Insurance Commissioners’ Consumer Information Source pour accéder aux inusitée compagnies d’assurance, y compris les plaintes fermées, les nouvelle sur les permis et les principales données financières. Vous pouvez de même vous redonner d’or département des persuasion de votre État pour vérifier revenu de réclamation de la clientèle et enquêtes de comparaison des tarifs de base. Pensez à contacter un cause d’assurance indépendant pour obtenir des fraîche supplémentaires sur une compagnie. Vérifiez notule de solidité financière d’une compagnie d’assurance en vous référant aux facture d’A.M. Best. Examinez enquêtes de plaisir de la clientèle de J.D. Power and Consumer Reports (abonnement requis). Demandez à vos connaissances et à votre famille de vous parler de leurs assureurs et de vous narrater s’ils en sont satisfaits. Demandez-leur comment leurs compagnies d’assurance les ont traités lorsqu’ils ont eu un sinistre. Ont-ils obtenu un travail équitable et simple ? Ou ont-ils eu du mal à régler le problème ?